Acheter sa première cornemuse

Quand acheter sa première cornemuse ?

Souvent, lorsqu'une personne souhaite apprendre à jour de la cornemuse, son premier réflexe est de vouloir en acheter une. Normal, on n'a jamais vu un pianiste, un guitariste ou un violoniste apprendre à jouer sans un instrument. Pour la cornemuse, ce n'est pas la même chose, l'apprentissage nécessite un practice chanter, une sorte de flute d'entraînement, qui permet de travailler la technique du doigté ainsi que l'apprentissage des morceaux. Ce practice vous suivra tout au long de votre carrière de sonneur, même si vous participez un jour à une compétition de haut niveau, ne le voyez pas comme le jouet d'un débutant. Grâce à lui, vous pourrez vous concentrer pleinement sur vos doigts et la partition sans devoir penser à gérer votre pression d'air et votre posture.
L'apprentissage des bases prend du temps, certaines personnes seront prêtes à passer sur l'instrument au bout de quelques mois, mais la majorité mettra plus longtemps, un an, peut-être deux. Votre professeur vous dira quand il sera temps de chercher votre Great Highlands Bagpipes.

Quel practice acheter ?

En bois, en polypenco (plastique), regular (court), long ou junior, vous allez probablement être déconcerté devant les choix qui s'offrent à vous, sans parler du choix de la marque. Vous le savez maintenant, il vous accompagnera toute votre vie, donc la première règle est de vous faire plaisir, ne prenez pas le premier prix en mauvais plastique qui risque de vous déplaire ! En revanche, inutile d'y mettre une fortune, un practice a rarement un son très agréable, du polypenco fera aussi bien l'affaire que de l'african blackwood. La longueur ou la marque sont aussi une question de choix, McCallum et R.G. Hardie étant les plus fréquentes. Si vous ne savez pas quel modèle prendre, nous vous suggérons le PRC04P.

Le bois de rose

Si le practice est de couleur marron clair et en bois, prenez garde, il s'agit probablement d'un practice en bois de rose fabriqué au Pakistan, et vous feriez mieux de ne pas l'acheter. Plus d'explications sur les instruments pakistanais plus bas.

Les practices junior

Adaptés aux enfants dont les mains n'ont pas fini de grandir, les practices junior permettent de démarrer l'apprentissage jeune. Attention cependant, ces practices étant plus court, ils ont un son plus aigu qui rend impossible le fait de jouer en même temps que des practices standards (long ou regular).

Dois-je acheter des anches de practice ? Lesquelles ?

Une anche de practice est, sauf exception, en plastique. Elle s'use peu à moins d'être malmenée. Il faut simplement veiller à démonter le practice pour le faire sécher après avoir joué pour éviter les moisissures. En cas de moisissures, l'anche devrait résister aux fongicides sans se détériorer. Il n'est donc pas nécessaire d'acheter d'anche supplémentaire lors de l'achat de votre practice.
Si jamais votre anche montrait des signes d'usure, le choix du modèle va dépendre du modèle du practice, certaines anches sonneront mieux sur certains practices que d'autre. La longueur du practice notamment va avoir une incidence sur le choix de l'anche. À moins de pouvoir en essayer plusieurs pour trouver celle que vous préférez, l'idéal est généralement de commander la même que celle que vous aviez précédemment.

Les practices électroniques

Ils se comportent comme des practices classiques, à ceci près qu'il n'y a pas besoin de souffler pour qu'ils fonctionnent. Le résultat audio est envoyé dans des écouteurs. Pour jouer dans les transports en commun ou la nuit en immeuble, c'est l'idéal en complément du practice acoustique.

Les practices pipes et gooses

Il existe des practices montés sur des poches, avec bourdons (les practices pipes) ou sans (les gooses). S'ils peuvent aider à jouer longtemps en se fatiguant peu, ils ne vous feront pas travailler les muscles de la bouche et donc ne vous aidera pas à être étanche sur la cornemuse. Ils ne vous aideront pas non plus à apréhender le jeu sur une véritable cornemuse avec les bourdons. Ça ne remplace donc pas le travail sur practice, mais ça peut se révéler agréable en complément.

Acheter neuf ou d'occasion ?

Lorsque vous achetez un instrument d'occasion, vous devrez garder en tête que des frais risquent d'être nécessaire après l'achat. En effet, les anches des bourdons seront peut-être usées, ou la poche pourrait avoir perdu en étanchéité. N'achetez jamais un instrument d'occasion sans l'expertise d'un sonneur expérimenté en qui vous pouvez avoir confiance ! Vous ne verrez pas vous-même sans expérience si l'instrument présente des défauts de fabrication ou d'entretien. De plus, le sonneur qui vous accompagnera devra prendre ses anches pour tester l'instrument lui-même et s'assurer qu'il est jouable. Vous éviterez ainsi des frais de luthier, voire de vous retrouvez avec une imitation Pakistanaise sur les bras.

L'instrument est-il adapté à votre morphologie ?

Contrairement à un achat neuf, vous ne choisirez pas les options sur de l'occasion. La poche peut être de taille "large" et le sutel (le tuyau dans lequel vous soufflez) mesurer 11 pouces, alors que votre morphologie correspond à une poche small ou extended small et un sutel de 8 pouces. Poche et sutel peuvent être changés, mais outre les frais supplémentaire, vous risquerez de ne pas apprécier de ne plus avoir le sutel allant avec votre cornemuse. Dans le cas d'un instrument neuf, le sutel peut être échangé si la longueur ne correspond pas.

Les pays produisant des cornemuses

Danger: les cornemuses Pakistanaises

La ville de Sialkot, au Pakistan, est devenu une industrie et un exportateur mondial de cornemuses écossaises. La plupart des modèles vendus sur internet, qu'il s'agisse du neuf ou de l'occasion, sont des imitations Pakistanaises, méfiez-vous donc des boutiques et des sites internet non spécialisés. Les boutiques physiques, de musique ou d'antiquités, commercialisent parfois aussi ce genre d'instruments, soit parce qu'ils y font de bonnes marges, soit parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils vendent, ou peut-être les deux, difficile à dire. Quoi qu'il en soit, si vous voulez les termes "palissandre", "rosewood" ou "bois de rose" sur une annonce, méfiez-vous ! De même, si le prix est de 50, 100 ou 150€ c'est suspect. À moins d'être dans un état déplorable, une cornemuse, en plastique ou en bois, ne devrait pas se vendre à moins de 500€ au minimum.
Vous vous interrogez peut-être sur les raisons pour lesquelles ces copies sont à fuir ? Voici quelques raisons :
  • Le palissandre est un bois trop tendre, inadapté pour une cornemuse. De plus, il sera extrêmement sensible à l'humidité et l'accord ne tiendra jamais longtemps.
  • La perse des bourdons est irrégulière, or pour que le son soit propre et juste celle-ci doit être parfaitement droite et lisse.
  • Les souches des anches n'ont pas une taille standard et il faut les repercer pour y installer des anches correctes

L'Écosse et la France, les valeurs sûres

Aussi évident que cela puisse paraître, l'Écosse reste le pays de référence en matière de cornemuse. La France a aussi quelques facteurs de renom en Bretagne, notamment Xavier Boderiou. Une cornemuse écossaise (Great Highlands Bagpipes) fabriquée en Bretagne est comparable à une cornemuse fabriquée en Écosse.

Le choix des matériaux et des options

Polypenco, Ébène ou African Blackwood ?

  • L'ébène est sans doute le meilleur des matériaux pour fabriquer une cornemuse, mais le moins commun de nos jours. En effet, il n'est plus possible de couper de l'ébène suite à sa surexploitation, ce faisant, il ne se trouve plus que sur des instruments anciens ou de très bonne qualité, car certains facteurs (fabriquant si vous préférez) en ont des stocks qu'ils n'utilisent pas pour des modèles d'entrée de gamme.
  • L'African Blackwood est une essence de bois proche de l'ébène, et est un matériau de choix pour une cornemuse.
  • Enfin, le polypenco est une résine plastique utilisée surtout pour les instruments d'étude ou les cornemuses électroniques (les Redpipes par exemple sont produite à partir de cornemuse McCallum en polypenco). Elles ont l'inconvénient d'être plus lourdes que les modèles en bois, mais l'avantage d'être très solides.
  • Bien que ça représente un coût non négligeable, posséder une cornemuse en bois et une en polypenco est parfois utile. Il n'est pas agréable de jouer longtemps sur du polypenco à cause de son poids, donc on évitera de l'utiliser pour des prestations longues, mais sa robustesse la rend idéale pour jouer dans les pubs où on craindra beaucoup moins que quelqu'un renverse de la bière dessus, ou pire, la fasse tomber.

Argent, gravure, etc

Qui ne rêverait pas de défiler avec une cornemuse avec des férules, rings et des projecting mounts en argent massif ? Beaucoup de monde en fait. Le prix et le côté bling-bling mis à part, l'argent est très dense et est donc moins agréable à porter. Le placage or, de par sa finesse ne doit pas se faire ressentir, et le mopane comme l'african blackwood ou l'imitation ivoire sont quant à eux très léger.
La gravure est purement cosmétique et si elle vous plaît, prenez-la ! Mais ne choisissez pas de mettre des gravures et de l'or pour avoir un instrument de qualité supérieur, les instruments décorés sont à la base les mêmes que les autres.

Le sutel / blow pipe

Le sutel, de son nom anglophone "blow pipe" l'indique, est le tuyau dans lequel vous soufflez. C'est donc un élément important sur le plan ergonomique. Il peut être rond ou ovale, plus ou moins long voire télescopique, et même orientable. La forme est une question de préférence, la longueur de morphologie. Quant au fait d'avoir la possibilité de l'orienter grâce à une rotule, c'est à la fois une question de goût, de morphologie mais aussi beaucoup lié à la qualité de la poche, qui va contraindre l'orientation de la souche du sutel une fois celle-ci bien gonflée.
La longueur est toujours personnalisable (4 ou 5 tailles possibles en général, l'option télescopique n'est pas proposée chez tous les facteurs), la forme et l'orientation ne sont en revanche pas toujours au choix suivant les marques. Attention toutefois, un sutel télescopique ou orientable sera en plastique et n'aura pas le même style que les bourdons, c'est donc un compromis à faire entre ergonomie et intégrité/esthétique de l'instrument.

La poche

Les tailles de poche

Il existe plusieurs tailles de poche, adaptées aux différentes morphologies. La forme de la poche dépend légèrement du fabricant, mais certaines dimensions vont la modifier considérablement, par exemple une poche extended small aura une circonférence similaire à une small mais sera allongée vers l'arrière pour augmenter son volume.
Outre la dimension ergonomique, la taille de la poche a un impact sur l'utilisation de l'instrument. En effet, vous devrez souffler plus fréquemment avec une poche small qu'avec une large. En revanche, la poche large vous demandera plus d'effort pour commencer à jouer puisque vous devrez la remplir entièrement. Peu de personnes jouent avec des largesla taille recommandée étant medium, ou small / extended-small si votre morphologie rend difficile l'utilisation d'une medium.

La fermeture éclair

Certaines poches disposent d'une fermeture éclair, qui sont bien pratique et ce pour plusieurs raisons:
  • Après avoir joué, il suffit d'ouvrir la poche pour éviter des moisissures
  • Si une anche de bourdon tombe dans la poche, il est facile de la rattraper
  • Et surtout, ça permet d'ajouter piège à eau, absorbeur d'humidité ou régulateur de bourdons sur les souches du sutel, des bourdons et du chanter. Attention toutefois, les systèmes de régulation de l'humidité prennent de la place, et sont à l'étroit dans une poche small.

Cuir, synthétique ou hybride ?

Traditionnellement, les poches étaient en cuir. C'est de moins en moins le cas, notamment pour la question de l'entretien. Le cuir retient l'humidité d'une part, et est sensible à l'acidité de la salive, ce qui nécessite de le graisser de l'intérieur une à deux fois par an.
Les poches synthètiques, en Gore-Tex, n'ont pas ce problème. En effet, elles sont étanche à l'air, mais l'humidité réussit à s'en échapper (ce qui n'exclu pas de l'aérer et de retirer blow pipe et chanter pour éviter les moisissures). En revanche, elles n'ont pas de rigidité lorsqu'elles ne sont pas totalement gonflées, ce qui n'aide pas les débutants à avoir une bonne position, et ce qui n'est pas très confortable.
Les poches hybrides allient le meilleur des deux mondes, la rigidité du cuir et l'absence d'entretien. C'est le meilleur choix qui soit pour sonneur débutant comme confirmé.

Les absorbeurs d'humidité

Situés à l'intérieur de la poche, ils sont généralement constitués d'un boitier raccordé aux souches des bourdons et du chanteur par des tuyaux, bien que certains modèle se mettent directement sur la souche des bourdons sans intermédiaire. Sur celle du sutel, c'est une bouteille contenant de la mousse qui est utilisée. Tous ces éléments sont amovibles, sauf le tuyau permettant de racorder un absorbeur au chanter, qui demande de démonter la souche du chanter. Pour cette raison, il vaut mieux faire poser l'absorbeur du chanter dès l'achat pour s'éviter la peine de le faire soi-même.

Les régulateurs de bourdon

Il existe aussi des régulateurs de bourdon, s'installant sur les souches de ces derniers. Ils aident aux démarrages, arrêts et à la stabilité du son. Les absorbeurs d'humidité remplissent aussi ce rôle. Il n'est pas possible de connecter simultanément un absorbeur et un régulateur sur un bourdon. Posséder à la fois régulateur et absorbeur peut s'avérer intéressant si on souhaite jouer sans absorbeur d'humidité, par exemple par temps chaud et sec.

Pourquoi un piège à eau et non de la silice sur le sutel ?

Le piège a eau est bien moins efficace que la silice, et il sature bien plus vite. Cependant, si vous essayez de racorder un absorbeur sur le sutel, vous constaterez qu'il faut souffler plus fort pour gonfler la poche, raison pour laquelle on ne fait pas cela.

Faut-il prendre des recharges de silice ?

Les boîtiers peuvent s'ouvrir pour sortir les cristaux de silice, et les mettre au four pour les sécher. À moins d'en perdre pendant la manipulation, il n'est donc pas nécessaire d'en avoir d'avance.

Les valves

La valve est simplement un clapet anti-retour situé soit sous le sutel, soit dans sa souche.

Les valves traditionnelles

Il s'agit d'un morceau de caoutchouc qui s'abaisse lorsque vous soufflez et se remet en position ensuite, empêchant l'air de remonter. Un point important concernant ces valves traditionnelle a prendre en compte est le diamètre : plus il sera grand, plus vous pourrez faire passer d'air dedans, et plus vous gonflerez rapidement votre poche et surtout sans vous fatiguer à forcer, les valves de petit diamètre sont donc à proscrire. Ces valves sont de moins en moins fréquemment utilisées.

Les valves de souche

Plus récemment sont apparus de nouvelles valves, s'installant dans la souche du blowpipe, et ont l'énorme avantage de piéger une partie de la condensation entre elle et le blowpipe. Si vous voyez un sonneur retirer son sutel et incliner la cornemuse pour faire couler de l'eau, c'est qu'il a ce type de valve.
Le modèle le plus connu est la Moose Valve. Il existe aussi la Ross Valve, un peu moins cher, qui fonctionne tout aussi bien mais dont les finitions sont moins soignées.

Le chanter

Il existe de nombreux chanters, certains en bois et d'autres en plastique, proposés par de nombreux facteurs. Le choix de ce dernier va dépendre de ce que vous souhaitez faire avec.

Jouer en groupe ou en solo ?

Si vous jouez en groupe, le choix de votre chanter sera avant tout conditionné par le groupe avec qui vous jouez. En effet, pour une question d'accord, un groupe utilise normalement un seul et même chanter (normalement pas ceux dont le nom comporte "solo") et une même marque d'anches. À titre d'exemple, nous utilisons les chanters et anches McCallum G1.

Bois ou plastique ?

Le chanter proposé par défaut par le facteur sera peut-être en bois. Les chanters en bois sont généralement destinnés à des solistes et ne sont pas tellement utilisés en groupe. Ils ont la fâcheuse tendance à fendre lorsque l'humidité a fait se dilater leur base dans la souche si on ne s'y prend pas correctement pour les retirer, alors que leur homologues en plastiques présentent une bien meilleur résistance à la torsion.
Comment retirer un chanter ?
Saisissez-le près de sa souche pour le faire tourner. L'attraper par le bas est très intuitif car on a alors plus de force (de couple), mais c'est la meilleur façon pour le faire fendre. Vous pouvez vous munir de gants en caoutchouc (ceux utilisez pour faire le ménage par exemple) pour que votre main ne glisse pas.
Il est normal qu'il soit un peu difficile de retirer un chanter de temps en temps après avoir joué, lorsque celui-ci a été trop exposé à l'humidité. Si celui-ci se bloque souvent ou sans exposition à l'humidité, vous avez probablement trop de fil sur sa base.

Les chanters 440Hz

Certains chanters 440Hz existent, et permettent de jouer en Si bémol avec un pitch de 440Hz, alors que le pitch standard est plutôt d'environ 450Hz pour que le low A fasse un si bémol (et dire que le low A fait un si bémol à un pitch de 450Hz est similaire à dire qu'il fait un La à un pitch de 470Hz, oui c'est compliqué).
Les chanters 440Hz sont principalement fait pour jouer avec d'autres instruments en orchestre.

Les chanters ajustables

Invention récente de McCallum, avec le chanter Campbell, il existe désormais des chanters tunable, avec une molette permettant de monter ou descendre le siège de l'anche. La modification du pitch est très fine, et les positions hautes ont tendance à être moins stable. Le prix de ce type de chanter est élevé par rapport aux gains apportés.

Les anches

Les anches de chanter

Tout comme le chanter lui-même, le choix de la marque des anches se fait généralement au niveau du pipe band. Si vous n'avez pas de contrainte liée à votre groupe, le choix de la marque va dépendre de votre chanter (certaines anches sont plus adaptées que d'autres à un chanter, et en règle générale les anches de même marque que le chanter devraient être adaptées) et de votre force.
Lorsque vous achetez des anches, surtout à distance sans pouvoir les essayer avant, commandez-en plusieurs. Une bonne anche peut durer des années, mais celle que vous recevrez sera peut-être malheureusement défectueuse ou inadaptée pour vous ou votre chanter. Si vous en avez commandé 4 ou 5, il est déjà moins probable que ça vous arrive sur tout le lot.
La dureté des anches
Les anches de chanter se vendent dans différente duretés, sur une échelle variant suivant le fournisseur. Le plus commun est d'avoir trois échelons, easy medium et hard, parfois un intermédiaire comme medium-easy. Pour débuter, il est probable que le easy soit déjà trop difficile pour vous, et vous devrez récupérer des anches d'occasion s'étant attendries pour vous exercer. Il est possible d'attendrir une anche, mais l'opération n'est pas sans risque pour l'anche et réduit considérablement sa durée de vie.
Des anches de force identique sur le papier ne se valent pas forcément. Par exemple, une Shepherd ou G1 easy est généralement moins dur qu'une Warnock easy.
Les anches de chanter en plastique
Contrairement aux bourdons où elles sont majoritaires, les anches de chanter en plastique sont rarement utilisées. Elle peuvent être avantageuse pour débuter car une easy en plastique est généralement moins dur qu'une easy en roseau. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, leur longévité n'est pas exceptionnelle et il arrive qu'elles fissurent.

Les anches de bourdon

Généralement, chaque piper choisi ses anches de bourdon. Toutefois, il est recommandé de choisir un modèle que ses pairs savent régler, car ajuster les bourdons n'est pas une partie de plaisir. Les anches roseaux sont de moins en moins utilisées sauf en haut niveau car elles sont difficile à ajuster et doivent être réglées constamment. Bien que ça soit a-priori devenu la norme, vous pouvez vérifier que la languette de l'anche du bourdon basse soit inversé par rapport à celle des ténor (ouverture en haut vers le bourdon et non en bas vers la poche), car cela apporte parait-il plus de stabilité.

La couverture

Bien que pas indispensable, la housse contribue à protéger la poche. Votre pipe band vous en fournira peut-être une à leur effigie. Il est possible d'ajouter une pièce de caoutchouc sur la housse pour qu'elle ne glisse pas, notamment lorsque l'on joue avec la rain cape que la pluie rend glissant, mais ce n'est pas non plus indispensable.

Le cordon

Il relie tous les bourdons entre eux. Ça n'a l'air de rien, mais un cordon mal ajusté peut être responsable d'une mauvaise posture de jeu, surtout si la poche est synthétique et donc très peu rigide. Le choix de la couleur est parfois personnel, et souvent décidé par le pipe band.

L'assemblage

L'option d'assemblage est recommandée, d'une part parce que quand vous recevrez votre instrument vous aurez bien plus envie de souffler dedans que d'essayer de l'assembler, et d'autre part parce que le vendeur va, en théorie, essayer l'instrument et s'assurer que tout est correct, qu'il n'y ait pas de fuite d'air par exemple, et que les bourdons soient bien réglés (du moins pour une personne soufflant plus au moins aussi fort que celui ayant réalisé l'assemblage).

Les accessoires

Vous pensiez n'avoir rien oublié ? Il y a encore quelques accessoires à mettre dans votre étui de transport...

Le sac de transport

Il serait dommage d'avoir un instrument sans étui pour le transporter. Choisissez-en une qui vous plaît et qui soit suffisamment spacieuse pour être pratique. Normalement, elles sont adaptées pour pouvoir voyager en cabine en avion, mais vérifiez au cas où, le jour où vous serez amené à jouer à l'étranger, vous ne voudrez pas prendre le risque de confier votre instrument à l'aeroport afin que celui-ci soit stocké en soute (idéalement dans votre avion, mais ça ce n'est pas garanti). Le modèle le plus répendu est l'Australian Bagpiper Case.

Bore oil et lubrifiant pour fermeture éclair

Si vous avez choisi un instrument en bois, la perce des bourdons nécessitera de temps en temps une petite lubrification. Vous pouvez prendre un flacon d'huile. De l'huile d'amande douce fait aussi l'affaire.
Si votre poche comporte une fermeture éclair, du lubrifiant adapté, à base de silicone, est nécessaire pour sont entretien.

Les écouvillons

Des brosses douces pour retirer l'excédent en eau dans les perces des bourdons et du sutel sont nécessaire pour éviter d'abimer le bois après avoir joué.

La souche morte

Lorsque vous rangerez votre instrument, la souche morte permettra de protéger l'anche restant sur le chanter. Indispensable, car si vous n'en aviez pas vous devriez soit démonter l'anche systématiquement et donc réacorder totalement le chanter d'une fois sur l'autre, soit le laisser monter sur la cornemuse et risquer de voir votre anche moisir.

Les bouchons de bourdon: pas indispensable

On voit souvent des débutant défiler avec des bouchons au sommet de leurs bourdons, et il y a mieux ! Une boule quies en mousse dans la coulisse du bourdon est tout aussi efficace mais bien plus discret !

Le fil ciré

Pour l'étanchéité des jonctions, prévoyez une bobine de fil ciré. La couleur importe peu (les plus fréquents étant le jaune et le noir), sauf si vous savez quel couleur de fil sera utilisé à l'assemblage par le vendeur, auquel cas prennez la même pour ne pas que les ajouts se voient. Même si l'assemblage a été bien fait, à force de frotter et d'être exposé à l'acidité de la salive, à l'humidité et aux variations de température, les jonctions vont travailler et vous devrez probablement ajouter du fil quelques mois après l'achat. N'en mettez surtout pas trop, pour ne pas que les pièces se bloquent trop fort. Les bourdons doivent pouvoir se régler d'une seule main et sans forcer, tout en étant suffisamment maintenu pour ne pas pouvoir glisser tout seul.

Accordeur et tape

Vous pouvez acheter un accordeur chromatique (les moins cher font très bien l'affaire), mais vous n'en aurez peut-être pas l'usage. D'autres sonneurs en auront lorsque vous jouerez en groupe, et être parfaitement juste en solo n'est pas indispensable. Évitez les accordeurs conçus pour les cornemuses, ils sont plus cher et n'apportent rien une fois qu'on vous a expliqué comment utiliser un accordeur chromatique. Le micro déporté sur une pince est pratique, surtout si vous avez besoin d'accorder vous même vos bourdons.
Le tape est utile si vous souhaitez vous occuper de l'accord, mais celui qui aura un accordeur aura aussi son rouleau à la main donc pas indispensable pour débuter.

Le support pour téléphone ?

Avoir ses partitions devant les yeux sur son téléphone, quelle super idée ! Oui mais la distance du téléphone ne sera pas idéal, il sera pas tout à fait dans votre champ de vision, il sera trop petit et vous ne pourrez pas faire défiler la partition en jouant, et le mouvement lorsque vous marcherez vous empêchera de lire la partition. Ça fait un bon support dans la voiture pour le GPS cela dit, mais même pour cela il y a des alertnatives moins onéreuses. Inutile donc.